D'Entrammes à Interamnes

La commune d'Entrammes, en Mayenne, n'est pas forcément très connue des touristes et des vacanciers. Mais elle renferme un patrimoine exceptionnel qui fait le bonheur des historiens locaux, et des 2173 entrammais. En effet, en 1987, alors que l'on devait opérer à des travaux de l'église Saint Étienne, une fouille préventive permit de révéler un ensemble de thermes gallo-romains datant du troisième siècle après J-C. Ces thermes avaient, une fois abandonnés, servi de base à la construction de la première église paléochrétienne d'Entrammes, aux alentours du sixième siècle.


Il est vrai que la ville en elle même avait une origine qui remontait sans doute à l'antiquité, ou du moins, au haut Moyen Âge, comme l'indique son ancien nom : Interamnes. Ce nom signifie, littéralement en latin « Entre les eaux », et s'explique par la position de la ville, entre trois rivières : la Mayenne, la Jouanne, et l'Ouette.
Cet emplacement est stratégique, car à Interamnes se situe à l'époque l'un des rares gués permettant de traverser la Mayenne, une rivière difficile et non navigable, qui ne sera canalisée que tardivement, suite à une ordonnance de François 1er au 16éme siècle.


Cette découverte archéologique montre qu'Interamnes était vraisemblablement une cité de taille moyenne, dès l'époque gallo-romaine, puisque qu'elle possédait un ensemble de bains. Ces thermes sont organisés de façon classique, avec un système de chauffage par le sol très ingénieux : l'hypocauste. Un brasier est entretenu à une extrémité du bâtiment des thermes, légèrement au dessous du niveau du sol, par un esclave. Ce brasier diffuse de la chaleur dans le sous sol des thermes, qui est constitué d'une forêt de petite colonnettes en terre cuite, supportant le sol. Ainsi, la chaleur se répand du brasier jusqu’aux bassins les plus éloignés par le sous sol, de telle façon que, logiquement, les bassins les plus proches du brasier constituent les salles de bains chauds, et les bassins les plus éloignés sont des bassins froids. Les thermes étaient ainsi séparés en plusieurs salles, selon leur niveau de chaleur, du plus chaud au plus froid, on avait : le Caldarium, puis le Tepidarium, puis le Frigidarium, et enfin, les vestiaires.
Les thermes constituaient un lieu d'hygiène, mais aussi un lieu de sociabilité très important dans le monde romain antique. Ils étaient ouverts à tous, les femmes et enfants venaient le matin, et les hommes venaient le reste de la journée.
Aujourd'hui, les thermes gallo-romains d'Entrammes sont ouverts au public pendant l'été, et des guides conférencier y assurent des visites et/ou des animations diverses. Cette mise en valeur du site est assurée par la communauté de communes Laval Agglomération. Si vous êtes curieux, vous pouvez également commander un des deux ouvrages publiés par la Société d'Archéologie et d'Histoire de la Mayenne qui traitent de ce patrimoine.


•    Le premier, réalisé sous la direction de Jacques Naveau : Les thermes romains d'Entrammes, date de 1991, et étudie spécifiquement ce site.


•    Le second fut écrit par Stéphane Hiland en 2012, et s'intitule :En remontant le temps... d'Entrammes à Interamnes. Plus accessible, il s'intéresse aux 2000 ans d'histoire de la cité, en remontant le temps.