Le musée de la résistance en Argoat (Camille Raulet)

Le musée de la Résistance en Argoat.

A Saint Connan, en Côtes d’Armor.

 

Photo du site : la fôret de Coatmallouen se trouve à gauche tandis que les différents espaces de l’Étang Neuf sont à droite.

Situé dans l’ouest des Côtes d’Armor, entre Guingamp et Rostrenen, le musée de la Résistance en Argoat ouvre ses portes en 2012. Le lieu qui l’accueille abrite également un espace pêche, un espace artistique et un espace restauration. Comme on peut le lire sur les documents de présentation, il s’agit de L’Étang Neuf : art, musée, pêche. Le musée, qui mérite une visite, connait une bonne fréquentation malgré une difficulté d’accès. Il est géré par l’association des anciens et amis du maquis de Plésidy-Saint-Connan-Coatmallouen. Pour se financer, le musée reçoit des aides du Conseil Départemental des Côtes d’Armor et de la Communauté de Communes Kreiz Breizh. L’association peut aussi s’autofinancer en partie grâce aux entrées générées par les visiteurs du musée. Il s’agit d’un musée qui relate l’histoire locale pendant la Seconde guerre mondiale et l’histoire de l’endroit même où il est implanté. C’est donc un lieu de mémoire important de la région. En effet, la forêt de Coatmallouen, implantée sur les rives du lac voisin était le refuge du maquis de Plésidy en Côtes d’Armor. Le musée présente l’histoire du maquis, des femmes et des hommes de la région qui sont entrés en résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale. Constitué dès juin 1944, le maquis a rapidement atteint le nombre d’une centaine d’hommes. 

 

UN LIEU DE MÉMOIRE

 

Le musée présente un pan important de l’Histoire de la Bretagne et de la Seconde Guerre mondiale à la travers la résistance qui s’ est organisée en Côtes d’Armor. A Coatmallouen, un maquis se forme à partir de juin 1944 pour combattre l’Occupation allemande. Plusieurs sabotages sont organisés par les patriotes, ainsi se nomment-ils, ayant pris le maquis et notamment près de la voie ferrée toute proche. Le maquis subsiste plusieurs semaines grâce à la proximité de la ville de Guingamp, ce qui rend les ravitaillements plus faciles à réaliser.

Cependant, le 27 juillet 1944, les troupes allemandes avancées dans le territoire, attaquent le maquis et une bataille acharnée s’engage. Les Résistants font subir de nombreuses pertes aux troupes allemandes mais finissent par se replier vers Guingamp face à un ennemi nettement supérieur en nombre. Ainsi, les hommes  du maquis participent à la Libération de la ville de Guingamp en août 1944.

 

LA SCÉNOGRAPHIE

 

Le musée se compose de cinq salles d’exposition et de deux salles de projection ainsi qu’un espace boutique.

 Résultat de recherche d'images pour "musée résistance argoat"

La visite débute par une salle dédiée aux moments sombres de l’Occupation. La vie quotidienne pendant la guerre y est décrite. Pour permettre de comprendre l’Occupation, plusieurs objets d’époque sont exposés comme des traces matérielles de la zone occupée. 

 

Ensuite, un deuxième espace décrit la Résistance et les différentes formes qu’elle pouvait prendre en France. Le musée présente la mémoire des femmes et des hommes locaux qui sont entrés en résistance. Plusieurs biographies sont ainsi exposées comme celle de Fernand Trochel qui cachait des messages dans le pédalier de son vélo. D’ailleurs, le vélo est exposé au sein du musée. Ou encore Marie-José Chambart de Lauwe, figure locale, survivante du camp de Ravensbrück. De même, les moyens mis en oeuvre par la Résistance pour transmettre les messages pendant l’Occupation et ce qui fut imaginé pour contourner les troupes allemandes sont expliqués.

 

Puis, se déclinent deux salles relatives à l’histoire locale puisqu’elles présentent d’une part, le réseau Shelburn et d’autre part, le maquis de Saint Connan et son fonctionnement, c’est-à-dire les moyens quotidiens mis en place par ces hommes confrontés directement à l’ennemi. Le parcours du dirigeant du maquis, le lieutenant Robert, parachuté sur la base de Sam West (en forêt de Duault), lors du débarquement en Normandie est exposé. Une salle offre ensuite un film de quelques minutes présentant une reconstitution, datant de 1945, de la vie dans le maquis.

 Résultat de recherche d'images pour "musée résistance argoat"

La visite se poursuit avec une salle consacrée à la Libération de la France et de la Bretagne en particulier. Avec des films rappelant de manière chronologique la Libération de Guingamp, Saint Brieuc ou encore Rennes.

 

Une deuxième salle de projection, présente un film souvenir, recueil de témoignages des anciens patriotes ou de personnes ayant participé à la résistance dans la région.

 

L’espace boutique où plusieurs ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale et aussi la Résistance sont présentés termine le parcours.

                                                                                                                          

DES OUTILS PÉDAGOGIQUES ADAPTÉS

 

Dans un souci didactique, le musée se veut moderne et lesmoyens sont adaptés. A l’intérieur des salles d’expositions, des bornes interactives, des cartes, des projections de petits films et des jeux sont diposés sur le parcours. Ce qui permet de sensibiliser les jeunes générations à cette période de l’histoire. De plus, des visites en français en anglais sont possibles ansi que des visites en breton, sur réservation.

Les groupes scolaires et notamment les classes de troisième viennent régulièrement au musée. Avec à leur disposition des livrets pédagogiques pour les classes de primaires et les classes de troisième. Des supports pédagogiques, sous différentes formes, pour les visites libres sont aussi disponibles à l’entrée du musée.

 

Des expositions temporaires, souvent en lien avec le CNRD[1], prennent place dans ce lieu de mémoire. Actuellement, c’est une exposition qui s’intitule La négation de l’Homme dans les camps nazis.

INFORMATIONS

 

Le musée est ouvert au public les dimanches et les mardis. Les autres jours de la semaine, excepté le samedi, sont réservés aux groupes scolaires.

 

Par ailleurs, une auberge, l’espace restauration de l’Étang neuf, qui a joué un rôle important pendant le maquis, s’inscrit complètement dans l’histoire du lieu. En effet, elle servait de signalisation pour les résistants cachés dans la forêt. L’auberge fut bombardée par les troupes allemandes mais reconstruite par la suite. Quant à la forêt, elle est devenue aujourd’hui un lieu privé, difficile d’accès.

 

Le site internet du lieu présente une interface moderne et propose plusieurs liens vers des associations mémorielles et des liens vers les actions du Conseil National de la Résistance.

 

 

Liens :

Musée de la Résistance Nationale

Concours National de la Résistance et de la Déportation

 

 

 

 

[1]                     Conseil National de la Résistance et de la Déportation